Dictada occitana 2018 : les textes pour le Cantal

ET N’OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE auprès de Découvertes occitanes : passez à la librairie, ou téléphonez (04 71 43 33 69) ou envoyez un courriel !

PAYS D'AURILLAC, LAROQUEBROU, MONTSALVY, PLÉAUX, VIC-SUR-CÈRE : 
extrait de La Garrigueta e lo Nogat, Félix Daval (éditions Edite-moi, 2017).

Daissèron lo bèl temps venir,
a la prima, amb dels amics,
quitèron los bòscs de garrics,
partiguèron pel país naut,
dins los grands bòscs de faus.
Amont, sens tròp gratar
trobèron per manjar :
de  las feinas pertot,
quicòm de gostós,
coma las sòrbas, mès mai bon.*

Amb las primièiras flors,
espeliguèron las amors.
Pels joves coma pels ainats,
venguèt lo temps de coar.
Lo Nogat e la Garrigueta
fondèron una familheta.
Los tres pichons d’antan,
cranament apariats,
aguèron dels enfants. **

Tot anava pel mièlhs,
mès un matin, la Garrigueta
veguèt, coma una sageta,

partir de per un aubre vièlh,
venir sus gu-ela, la paureta.
Volant tal la luciada,
tombant la becada,
tornèt dins la fustada.
L’òrre aucèl de la postejar,
segur l’anava emportar.

Subran la Garrigueta
se traguèt pel costat,
e volant bas,
se conhèt per un tròç de romegàs.
Demorèt un briu aclatada,
sens bolegar.
Entendèt lo bandit
se pausar, puèi tornar partir.
Un pauc esplumassada,
las patas rancinhadas,
sortiguèt de pels amporièrs,
e amb sos pichons s’entornèt.***

* Fin de la dictada des débutants (48 mots).
** Fin de la dictada des moyens (82 mots).
*** Fin de la dictada des confirmés (167 mots).

Traduction :
Ils laissèrent venir le beau temps, au printemps avec des amis, ils quittèrent les bois de chênes, partirent dans les montagnes, dans les grands bois de hêtres. Là-haut, sans trop peiner, ils trouvèrent partout des faines à manger, et aussi quelque chose qui avait bon goût, comme les sorbes, mais bien meilleur.
Avec les premières fleurs, arriva la saison des amours. Pour les jeunes comme pour les plus âgés vint le temps de couver. Nogat et Garrigueta fondèrent une petite famille. Leurs trois enfants, de la nichée précédente, bien mariés, eurent aussi une descendance.
Tout allait pour le mieux, mais un matin, Garrigueta vit une flèche surgir d'un vieil arbre et se diriger droit sur elle, la pauvrette. Laissant tomber sa becquée, tel un éclair, elle revint dans la futaie. L'horrible oiseau la poursuivait,  c'est sûr, il allait l'emporter. Brusquement Garrigueta fit un écart et volant bas, s'enfila dans une espèce de roncier. Elle resta un moment accroupie, immobile. Elle entendit le bandit se poser, puis repartir. Les plumes rebroussées, les pattes égratignées, elle sortit d'entre les framboisiers et  rejoignit ses petits.

 

PAYS DE MASSIAC :
extrait de
"Quand ère pastre", Poésies de Norib (Edicions Lo Convise, 2012, interprété en slam par Traucatèrme dans son dernier CD "Tant que farem atau !")

Quand ère pastre…

Amont dins la Planesa
Quand bofava la bisa
Gardave mon tropèl
Dins las planas d'Ussèl.
Al puèch d'a Luc montave
Sur mes pès me quilhave
Per veire mon país
Que d'un pauc n'aviá vist.
Vesiá aval ma montanha
Ont sèt mes lo fred rònha.*

Clavèira, Rossilhon,
Mès non mon ostalon
Pensave a mon vilatge
Per me donar coratge
A mes petiòts frairons
Qu'èran mens malairós
Cresiá veire ma maire
Partir amb lo grand fraire
Escarratar los champs
Per noirir ses enfants.

Pensave a ma sorreta,
Enquèra bien joineta,

Qu'a vint ans moriguèt,**
Tant plorar nos faguèt !

L'aura fòla emportava
L'aucelon que piulava
Per manjar n'aviá res
Dins aqueles champs gris
Coma z-el ieu tremblave
E quand espartinave
Me botave a l'abric
Al pè d'una paret
Pels traucs la bisa entrava
Plorava, rondinava
Gemissiá coma ieu
Qu'esperave l'estiu
Preniá darrièr mas fedas
Quatre o cinc trufas freidas
De fromatge e de lait
De pan e... gaire mai.***

* Fin de la dictada dels debutants (47 mots),
** Fin de la dictada dels mejans (95 mots),
*** Fin de la dictada dels confirmats (160 mots).

PAYS DE SAINT-FLOUR :
extrait de A la farja en tirant lo bofet (Dictionnaire français-occitan de Margeride, Jean Jouve, coédition Amis de l’Écomusée de Margeride-Ostal del libre, 2017).

[Le père Bertrand vient d’acheter un tracteur mais il ne sait pas conduire. C’est sa première leçon, sur le couderc du village. L’histoire est racontée par Jean Jouve.]

Quand Bertrand adomdèt son tractur

Menère lo tractur al mèg del coderc e faguère veire al paire Bertrand a de qué serviá cada boton, maneta e pedala. E, a mesura o assajaviam. L’òme escotava coma a l’escòla. Quand aguèt tot comprés, me diguèt : "I a pas qu’a lo desmarrar."*

Quand lo tractur saguèt desmarrat, lo paire Bertrand sobre lo sèti e ieu a costat, passem la primièira vitèssa e faguem dos còps lo torn del codèrc. Quò marchava a pauc près dreit. I aviá ben de còps un sobresalt o un chamjament de direccion un pauc subte, mès quò marchava.** Meteguem en segonda, nostre òme èra un pauc content, aviá tot comprés e z-el comandava bien la mecanica ; e me diguèt : "Quò marcha quand mèma pus viste que mas vachas e quò escota, crese bien que l’ai adomdat. Quò’s plasent e quand quò s’arrèsta, al mens quò bolega pas coma las vachas, mai que l-i aguèsse de moschas."***

* Fin de la dictada des débutants (47 mots),
** Fin de la dictada des moyens (98 mots),
*** Fin de la dictada des confirmés (160 mots).

Traduction :
Quand Bertrand dressa son tracteur
J’ai amené l’engin au milieu du couderc et j’ai montré au père Bertrand à quoi servait chaque bouton, manette et pédale. Et, à mesure, nous faisions des essais. L’homme écoutait comme à l’école. Quand il eut tout compris, il me dit : "Il n’y a qu’à le mettre en marche".

Quand le tracteur eut démarré, le père Bertrand sur le siège et moi à côté, nous avons passé la première vitesse et fait deux fois le tour du couderc. Ça marchait à peu près droit. Il y avait bien quelquefois une embardée ou un changement de direction un peu brusque, mais ça allait. Nous avons passé la seconde, notre homme était ravi, il avait tout compris et c’est lui à présent qui commandait la mécanique avec succès ; il me dit : "Ça avance quand même plus vite que mes vaches et c’est docile, je crois bien que je l’ai dressé. C’est agréable et quand ça s’arrête, au moins ça ne bouge pas comme les vaches, même s’il y a des mouches."

 

PAYS DE RIOM ES MONTAGNES
extrait de Al fial del temps, vira lo vent, Georges-Maurice Maury (Ostal del libre, collection L'Adret/L'Adrech bilingue avec CD, 2011).

Lo cocut, lo rossinhòl e l’ase 

Se debanavan los grands jòcs centenaris dels chants d’aucèls. En finala demoravan lo rossinhòl e lo cocut. Per los despartajar chaliá chausir un jutge-arbitre dels mai sabents e competents. Los aucèls anèron quèrre aquel que lor semblava lo mai dotat per aquò : aquel qu’aviá las aurelhas las mai lònjas, l’ase que se faguèt pas pregar. E aquel president, en tota dignitat, s’installèt.*

Lo sòrt volguèt que lo rossinhòl chantèsse en primièr. Aquel se lancèt dins un numerò a l’encòp susprenent e esmovent que daissèt l’ase pensiu : passèt dels mai graves als mai ponchuts e, dins de triolets a se desgargamelar, achabèt tot aganit, tot anequelit… l’ase aviá bechat un bocin.**

Lo torn del cocut venguèt : aquel prenguèt tot son temps e comencèt al chap d’un moment per "cocó…cocó… cocó" un briu se pausèt e contunhèt : "cocó …cocó… cocó" e, sens tròp se bruscar, a la fin achabèt per : "cocó …cocó… cocó…tococó" dins un final espatarrant…***

* Fin de la dictada des débutants (63 mots),
** Fin de la dictada des moyens (112 mots),
*** Fin de la dictada des confirmés (163 mots).

Traduction :
Se déroulaient les grands jeux centenaires des chants d’oiseaux... En finale demeuraient le rossignol et le coucou. Pour les départager il fallait choisir un juge-arbitre des plus savants et compétents. Les oiseaux allèrent chercher celui qui leur semblait le plus doué pour cela : celui qui avait les oreilles les plus longues, l’âne... qui ne se fit pas prier. Et ce président, en toute dignité, s’installa.

Le sort voulut que le rossignol chantât en premier. Celui-ci se lança dans un numéro à la fois surprenant et émouvant, qui laissa l’âne pensif : il passa des plus graves aux plus aigus et, dans des triolets à s’égosiller, il finit tout épuisé, anéanti... L’âne avait sommeillé un brin.

Le tour du coucou vint : celui-ci prit tout son temps et commença, au bout d’un moment, par "coucou... coucou... coucou...". Il se reposa un instant et continua : "coucou... coucou... coucou..." et, sans trop se brusquer, à la fin acheva par "coucou... toucoucou... coucou... toucoucou..." dans un final étourdissant.


N’OUBLIEZ PAS DE VOUS INSCRIRE auprès de Découvertes occitanes : passez à la librairie, ou téléphonez (04 71 43 33 69) ou envoyez un courriel !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

J'accepte